À la une
20 avril 2014
Incidence du myélome
Selon une étude épidémiologique récente, le myélome est devenu l’hémopathie maligne* la plus fréquente, avant les lymphomes et les leucémies. Ce travail collaboratif a été réalisé dans le cadre du Plan Cancer pour optimiser la surveillance et l’observation des cancers. Le rapport publié en septembre 2013 a bénéficié d’un financement de l’InVS et de l’INCa et des compétences scientifiques des registres du réseau Francim et du service de biostatistique des Hospices civils de Lyon. Il rapporte l’évolution de l’incidence des cancers en France de 1980 à 2012.
Notre sélection
 
MGUS, myélome asymptomatique, myélome symptomatique, le myélome est une maladie évolutive et l’évaluation du stade d’évolution détermine le traitement.Les critères de diagnostic du myélome reconnus au niveau international, reposent sur les examens biologiques, le myélogramme et les radiographies.
Au-delà de la chimiothérapie ou des greffes, le myélome multiple expose à des complications, comme les douleurs et les fractures osseuses, qui nécessitent souvent un traitement spécifique.
Les rendez-vous du myélome
 
Journée d’information
Plus de 1300 personnes ont participé le samedi 20 octobre 2012 à cette manifestation organisée chaque année par l’Association Française des Malades du Myélome Multiple, l’AF3M, et l’Intergroupe Francophone du Myélome, l’IFM. Cette journée est destinée à apporter aux malades et à leurs proches, des informations et des réponses à leurs questions sur la maladie, sa prise en charge et la recherche.
Recherche génétique
Pour une meilleure connaissance des mécanismes du myélome, une grande étude génétique est en cours et devrait inclure plus de 200 familles. Si vous avez plus de 18 ans et que vous êtes apparenté au premier degré (parent, enfant, frère ou sœur) à au moins 2 personnes atteintes de myélome ou de MGUS, vous pouvez participer à cette étude génétique avec l’ensemble de votre famille par une simple prise de sang.